« Mais concrètement, il se passe quoi si je ne respecte pas les directives que j’ai présentées dans mon business plan ? ».

Tout récemment encore, cette question m’a été posée par des gens désireux de se lancer. Et bien concrètement, si le schéma n’est pas respecté, c’est qu’il y a quelque chose qui a merdé. Alors oui, le thème du business plan a été vu et revu. Mais dans ces quelques lignes, il ne s’agira pas de s’étaler sur la façon de rédiger un business plan, mais plutôt sur la relation que l’on peut avoir avec ce dernier, ce qui me paraît le plus important.

En sortant d’études supérieures, on vous le dira certainement si vous voulez entreprendre : « faites votre business plan ». Et bien de manière générale, je me permets de remettre en cause le business plan ! A moins que vous vous lanciez dans un domaine pointu où la levée de fonds est importante, laissez cette étape de coté pour l’instant.

La raison est simple : ce document PDF ne servira qu’à vous rappeler que vous êtes à coté de la plaque ! Pas très sexy pour quelque chose qui vous a demandé des semaines de job… Je me remémore la fois où je suis allé présenter un premier projet d’entreprise. La première question que l’on m’a posée ? « Et au niveau du chiffre d’affaire sur les cinq prochaines années, vous vous situez où ? ». Avec du recul, j’aurais du annoncer à mon interlocuteur une prévision annuelle de CHF 750 millions, juste pour voir sa réaction. Car il est là le problème. Pour un document qui se veut relater la réalité, tout n’est qu’hypothèse. Et il faut traiter de la même manière ceux qui explosent les chiffres de leur business plan avec d’énormes rentrées d’argent et ceux qui ratent complètement leur entrée sur le marché. Car au final… Le résultat est le même : les prévisions étaient foireuses et vous vous êtes plantés ! Alors certes, les sciences à disposition et le marché permettront de déceler certaines vérités. Mais après le premier mois d’activités, vous pourrez réécrire votre business plan, en entier (oh oui) !

Pour parler relation affective, si je vous pose la question « quel est votre premier objectif lorsque vous rencontrez une personne qui vous plaît ? » une réponse normale tiendrait dans le « je souhaite pouvoir passer du bon temps et apprendre à la connaître », mais certainement pas dans le « je souhaite calculer les charges de notre futur potentiel appartement après avoir fait une petite analyse des risques internes et externes d’une vie à deux ! ». Et bien c’est la même chose pour le business plan ! Ne brûlez pas les étapes. Laissez venir le client, et sur cette base, commencez à établir un business plan !

Donc mon conseil : plutôt que de travailler sur un business plan qui ne vous servira que très peu, apprenez plutôt à cartographier votre environnement. J’insiste, maîtriser l’environnement global dans lequel vous allez travailler est indispensable. Connaître les tendances, cibler la target ou encore maîtriser le moyen d’atteindre cette target, c’est vital. Mais ne venez pas y ajouter des analyses risques et des prévisions financières alors qu’aucun client n’a toqué à votre porte ! Certains outils comme le business canvasvous permettront en quelques coups d’oeil de connaître la cartographie de votre environnement : quel produit/service, quel flux de transmission, la liste des coûts, etc. le tout apposé sur un format pas trop imposant avec des couleurs et vous avez une arme pour bien débuter !

Alors cartographiez, attaquez votre marché avec envie, mais surtout, donnez leur envie !

MW.

LYB Perspective Sàrl

Besoin d'un contact ?

Vous avez juste à nous écrire !

14 + 1 =