Prends quelques secondes pour fermer les yeux et penser à un projet fou, ou une idée qui te tient particulièrement à coeur. Maintenant, imagine dans ton cercle familial et/ou d’amis 2-3 personnes à qui tu souhaiterais parler de ce projet ou cette idée, car tu es persuadé qu’il vont partager le même enthousiasme que toi  ! Alors, exercice facile ?

Être seul, c’est une définition qui est propre à chacun : certains désirent la solitude, d’autres la fuient. Mais dans le monde de l’entreprise, il y a une tendance qui pense qu’être entrepreneur, c’est être entouré. Et c’est en grande partie la vérité ! Mais attention, car pour reprendre la métaphore de l’iceberg, il y a toujours une différence à faire entre la partie visible et la partie immergée…

Être entrepreneur, c’est avant tout une histoire de croyance, et il faut accepter certaines règles du jeu. Voici celles qui m’ont le plus marqué :

  1. Décider de « franchir le pas » et de « se lancer », c’est accepter de s’écarter du chemin traditionnel. Jeune ou moins jeune, il faut, à un instant T, être capable de prendre un virage serré et de quitter le sentier balisé. Et là, rien qu’au travers de ton choix, tu comprendras que tu seras seul à maintenir ce cap !
  2. Si tu entreprends, tu acceptes que ton idée ne provoque pas l’effet WAOUH chez tout le monde. Donc range ta frustration, car entreprendre c’est une question de croyance. N’espère pas que tout le monde croit en toi, au même titre que tu ne crois pas en tout le monde !
  3. En te lançant comme entrepreneur, tu acceptes de ne pas craquer face à tous les bien-pensants persuadés que c’est facile, que tu fais fausse route, qu’entreprendre n’est pas un vrai job, que tu devrais faire ci, que tu n’aurais pas du faire ça, etc. etc. etc… Résiste et pense positif, les entrepreneurs ont tous dans leurs entourages de grands théoriciens trop souvent statiques !
  4. Tu ne dois pas avoir peur de t’assumer comme un entrepreneur. J’ai mis du temps à me décrire comme tel. J’avais certainement la crainte de devoir systématiquement me justifier devant chaque interlocuteur. Mais aujourd’hui, je suis heureux lorsque je dois raconter mon début de parcours ! Car oui, c’est une fierté !
  5. Dans ton développement personnel, tu dois te forcer à aller rencontrer des « gens comme toi ». Car tu l’auras vite compris, dans ta famille ou dans tes potes, tu ne trouveras pas toujours ce que ton cerveau réclame jour et nuit : un état d’esprit d’entrepreneur ! Donc rejoins des groupes sur les réseaux sociaux, va faire du networking dans les soirées ciblées, mais surtout participe à des workshops, des cours ou encore des séminaires autour de l’entrepreneuriat pour ne pas rester seul. Il existe de nombreuses associations et entreprises qui réunissent des passionnés autour de thématiques entrepreneuriales extraordinaires !

Entreprendre, c’est donc une partie de jeu qui se commence souvent en solitaire… Et dans cette solitude, il faudra trouver les ressources financières, mais surtout mentales, pour construire, développer et consolider ! Cela passera par des remises en question, des déceptions, des victoires, des accomplissements, des déchaînements de passions, des mauvaises décisions, et j’en passe… Et personne n’affrontera les méandres de l’entrepreneuriat à ta place ! Mais si tu prends le temps et l’énergie pour t’entourer, tu verras que chaque obstacle prend des allures de sources de motivation !

Et comme j’aime le dire à mon entourage : « un entrepreneur, c’est souvent un solitaire bien accompagné ! »

Matthieu Wildhaber

Besoin d'un contact ?

Vous avez juste à nous écrire !

3 + 15 =